Phosphore

Le phosphore est le deuxième minéral le plus abondant dans le corps humain. Il est une composante importante des os et des dents. En fait, 85% du phosphore présent dans le corps humain se retrouve dans les os et les dents. Ce minéral joue également un rôle au niveau du pH sanguin (niveau d’acidité) en neutralisant les excès d’acides ou d’alcalins. Il sert à emmagasiner et à produire l’énergie que l’organisme a besoin.  Le phosphore est aussi présent dans les molécules d’ADN et d’ARN et est donc nécessaire à la croissance. Finalement, le phosphore est impliqué dans la majorité des réactions métaboliques et chimiques de notre organisme.

Besoins quotidiens

Vos besoins quotidiens en Phosphore :

              Age    Apport nutritionnel recommandé (mg/jour)
Enfants 1-3 ans 460 mg
Enfants 4-8 ans 500 mg
Enfants 9-13 ans 1 250 mg
Adolescents 14-18 ans 1 250 mg
Adultes 19-30 ans 700 mg
Adultes 31-50 ans 700 mg
Adultes 51 ans et + 700 mg
Grossesse ≤ 18 ans : 1250 mg

19-50 ans : 700 mg

Allaitement ≤ 18 ans : 1250 mg

19-50 ans : 700 mg

*Apport nutritionnel recommandé

Sources alimentaires de phosphore

La grande majorité des aliments contient du phosphore. Les aliments riches en protéines sont les meilleures sources de phosphore.  Selon les données du National Health Survey, le régime alimentaire d’un adulte moyen contient environ 62 mg de phosphore par tranche de 100 calories.

Aliments Portions (mg)            
1 Graines de citrouille ou de courge, rôties 60 ml (1/4 tasse) 676 mg
2 Foie de boeuf, braisé ou sauté 100 g (3 ½ oz) 485-497 mg
3 Sardines en conserve 100 g (3 ½ oz) 490 mg
4 Haricots de soja (soya) cuits 250 ml (1 tasse) 445 mg
5 Graines de tournesol grillées, rôties dans l’huile ou à sec 60 ml (1/4 tasse) 375-393 mg
6 Lentilles cuites 250 ml (1 tasse) 377 mg
7 Saumon en conserve ou grillé 100 g (3 ½ oz) 256-354 mg
8 Palourdes en conserve ou cuites à la vapeur 100 g (3 ½ oz) (8-12 moyennes) 338 mg
9 Espadon grillé 100 g (3 ½ oz) 337 mg
10 Thon rouge grillé 100 g (3 ½ oz) 326 mg
11 Abats de volaille braisés 100 g (3 ½ oz) 223-289 mg
12 Filet de plie ou de sole, grillé 100 g (3 ½ oz) 289 mg
13 Filet de flétan, de goberge ou de doré, grillé 100 g (3 ½ oz) 268-285 mg
14 Jambon régulier, 11 % MG, rôti 100 g (3 ½ oz) 281 mg
15 Crabe bleu ou royal d’Alaska, en conserve ou bouilli 100 g (3 ½ oz) 206-280 mg
16 Yogourt nature, 0 % à 4 % MG 175 g (3/4 tasse) 242-265 mg
17 Lait de vache, 0 % à 3,25 % MG 250 ml (1 tasse) 217-261 mg
18 Aiglefin grillé 100 g (3 ½ oz) 241 mg
19 Fromage ricotta, fait de lait partiellement écrémé ou de lait entier 125 ml (1/2 tasse) 205-240 mg
20 Dinde avec ou sans la peau, rôtie 100 g (3 ½ oz) 198-207 mg

*Les gens qui consomment de grande quantités de boissons gazeuses ont généralement des apports en phosphore plus élevés du au contenu en acide phosphorique de ce type de breuvage. Une canette de boisson gazeuse contient en moyenne 50 mg de phosphore.

Biodisponibilité

Les aliments d’origine végétale comme les céréales, les légumineuses ou les noix contiennent de l’acide phytique, une forme de réserve de phosphore non disponible pour le corps. Le phosphore de ces aliments est donc moins disponible que celui des aliments d’origine animale. De hautes doses de calcium sous forme de suppléments de carbonate de calcium peuvent entraver l’absorption du phosphore de même qu’une consommation abusive d’antiacides contenants de l’aluminium.

Carence

La carence en phosphore est très rare. Dans certains cas (acidocétose diabétique, intoxication alcoolique aiguë, malnutrition sévère), une hypophosphatémie peut survenir. Les signes de carence en phosphore sont de la fatigue, une faiblesse musculaire, une perte d’appétit, une diminution de la minéralisation des os, de la douleur aux os, de la confusion, des fourmillements, engourdissements, picotements et de la confusion.

Excès

Un apport excessif en phosphore peut provoquer une hyperphosphatémie. Chez l’humain, elle survient uniquement chez les gens qui souffrent d’une insuffisance rénale chronique au stade final ou d’une intoxication à la vitamine D. Les effets sont une réduction de l’absorption de calcium et une calcification des tissus mous et plus particulièrement les reins.

Références

Bibliographie

Apports nutritionnels de référence, Institute of Medicine (IOM), National Academies Press, Washington D.C, 2006.

Withney E., Rady Rolfes, S. Understanding Nutrition, 11 ième edition, Thomson Learning, 2008.

 Source: passeportsante.net

À voir aussi

5 mythes de la nutrition saine

Laisser un commentaire

Shares
Share This